Gonneville-la-Mallet 

Barre d'outils 

Retour à l'accueil  Mentions lgales - Accès clavier : touche lContact  Plan du site  Liste des fichiers PDF  Carte de situation GoogleRègles d'accessibilitéImprimer la pageGrande tailleTaille moyenneTaille par défaut

Vous êtes à : > Au fil du temps > Patrimoine

Voici la liste des articles de cette page :

Histoire des Halles et Hallettes   ::   L'Eglise de Gonneville-la-Mallet   ::   L'Hostellerie des Vieux Plats   ::   Le marché

 Histoire des Halles et Hallettes

Mis à jour le : 24/06/2010

les Hallettes Les hallettes telles que nous les connaissons aujourd'hui sur notre place, datent de la fin du XIXème siècle. Elles furent construites en deux étapes, d'abord en 1880 puis en 1883 où l'on construisit également la Halle au Blé. Ces nouvelles hallettes en remplacèrent d'autres construites en matériaux plus légers. Elles étaient mises à la disposition des commerçants essentiellement pour les jours de marché et louées pour six années par adjudication ( celles-ci se tenant à la Mairie). Aujourd'hui leur restauration est terminée et l'on peut voir que leur vocation a beaucoup changé mais pour le bien être de tous !

LA HALLE AU BLE

Elle s'est reconvertie en :
- Marché aux petits producteurs le mercredi matin et contribue à la réputation de notre marché.
- En salle d'animations diverses les autres jours: De sports pour les scolaires et autres clubs sportifs ( football ; badminton...); d'actions culturelles pour différentes expositions, concerts et vins d'honneur !

LES HALLETTES


Elles sont au nombre de quatre :
- La première, dédiée à la jeunesse puisque récemment réhabilitée en Maison des jeunes, lieu de rencontres, d'échanges, d'activités et de projets divers pour les jeunes de 5 à 15 ans.
- La deuxième, réservée aux musiciens de l'Harmonie municipale et à l'Orchestre des jeunes de GONNEVILLE-LA-MALLET.
- La Hallette ouverte appelée Halle au poisson, lien indispensable entre les deux parties de la place.
La dernière, abritant la bibliothèque pour tous, un cabinet d'assurance ainsi que l'Antenne du secours Catholique.

Cet ensemble patrimonial, vecteur de notre histoire, contribue aujourd'hui au charme de notre place et reste aujourd'hui l'un des rares ensembles de ce type existant dans notre région.

 

Haut de page

 L'Eglise de Gonneville-la-Mallet

Mis à jour le : 24/06/2010

L'église de Gonneville Histoire

La commune de Gonneville-La-Mallet est née au 19 ème siècle de la fusion des deux anciennes paroisses de Gonneville et d'Ecultot.
Chacune d'elle possédait une église, celle de Gonneville étant à l'époque située sur le territoire du Hameau actuel de l'Ancienne Eglise.
Tandis que cette dernière ( datant du XIème siècle) tombait de vétusté, le conseil communal décida en 1825 d'en construire une nouvelle sur un terrain offert par le Capitaine Pierre-Isaac Gosselin, lequel prêta par là-même une forte partie des fonds nécessaires à sa construction.
Elle fut bénite le 2 Mai 1831 et dédiée aux apôtres Pierre et Paul.

Architecture

Désormais installée au coeur du village, cette église n'appartient à aucun style architectural. Sa toiture est sans ornementation et rectiligne. Elle dénote cependant une certaine originalité puisque son clocher, une tour carrée, massive et disproportionnée par rapport à la taille de l'église, a été construit sur la sacristie, du côté opposé aux constructions habituelles. Malgré une austérité apparente, cette originalité lui confère un certain charme.

Son intérieur se compose de trois nefs. Il est mis en valeur par la majesté de son autel et de son choeur. D'importants aménagements ont eu lieu au cours du XXème siècle dont l'électrification de l'église en 1931, la pose de vitraux ( en remplacement des grandes baies de verre blanc ), l'installation du chauffage et la sonorisation à partir de 1963. Enfin en 1987, l'église se pare d'un orgue mécanique daté de la moitié du 19ème siècle dont l'ensemble adapté sur les bases du style classique Italien est enserré en 1990 dans un buffet d'orgue en bois. Ces menuiseries apportent une note chaleureuse au style dépouillé de l'intérieur de l'église.

Sachez que l'église de Gonneville possède les reliques de St Côme et St Damien ce qui amène tous les ans, le 27 Septembre, les fidèles à effectuer un pèlerinage en leur honneur ( La tradition populaire attribuant à ces deux saints un pouvoir spécial pour les guérisons des maladies incurables).

Sachez enfin que la cloche répondant au doux nom de Marie Josèphe fut installée seulement en 1853. Celle-ci pesant près de 1123 Kg fut fondue à partir des cloches de Gonneville et d'Ecultot.

 

Haut de page

 L'Hostellerie des Vieux Plats

Mis à jour le : 24/06/2010

Hôtel des vieux plats L'incontournable auberge fondée en 1766 fut rachetée par Edmond Aubourg ( artiste, collectionneur ) à sa tante Mme Dubosc en 1865. Celui-ci la débaptisa alors Hôtel de France pour devenir L'Hostellerie des Vieux Plats à cause ou grâce à sa passion pour les faïences...

L'Hostellerie des Vieux Plats tout comme L'Hôtel de la Belle Ernestine fondé en 1870 par la soeur d'Edmond Aubourg à Saint-Jouin-de-Bruneval devait ainsi connaître un destin sans pareil et une réputation mondiale!

Lieu de passage très prisé, l'Hostellerie des vieux plats, à l'origine relais de diligences, est empreint des traces de nombreuses personnes illustres :
Des écrivains (G. De Maupassant, A. Gide, M. Leblanc, V.Hugo, J.P. Sartre, A. Camus...)
Des musiciens (R. Wagner, G. Fauré, C. Gounod...)
Des peintres (C. Monet...)
Des rois et reines (Le roi des Belges, La reine d'Espagne...)
Des politiques (F. Faure, R. Coty, Churchill...)

L'Hôtel se transmit alors de génération en génération. En effet, au décès d'Edmond Aubourg, en 1893, c'est son fils Paul qui lui succéda (1866-1922) puis au décès de ce dernier ce fut son épouse, Lucie, qui continua à faire vivre l'Hôtel avec ses enfants Paulette, Lucette et Paul.

Aujourd'hui, c'est à Lucette, toujours très alerte, que revient la tâche de faire perdurer cette noble institution.
C'est également elle qui vous invite à partager, le dimanche midi, son fameux Poulet Aubourg, création de sa grand-mère, Céline médaillée "Cordon Bleu de France" !
Si vous souhaitez y goûter, n'oubliez pas de réserver!
Dès lors vous déjeunerez dans la grande salle du rez-de-chaussée, tapissée de portes d'armoires peintes et décorées par les plus grands peintres de l'époque en guise de règlement d'additions...

Si vous ne disposez que de peu de temps, n'hésitez pas à aller y boire un petit café, chocolat ou thé le mercredi matin, jour de marché, lieu de rencontre des "touilleux" (joueurs de dominos). Vous serez reçus comme des princes par la maîtresse de maison qui vous racontera souvenirs et anecdotes que vous pourrez retrouver dans son livre autobiographique "Le rendez-vous des célébrités" ... sans oublier de vous faire signer son Illustre Livre d'Or.

 

Haut de page

 Le marché

Mis à jour le : 24/06/2010

Le marché de Gonneville L'histoire de Gonneville-La-Mallet est inséparable de l'histoire de son marché.

En effet, si traditionnellement, un village se crée autour de son église, il n'en a pas été de même pour le village de Gonneville-La-Mallet. C'est ainsi qu'en 1633, Louis XIll accorda à Nicolas LESCOLIER (un Bourbon en exil, seigneur de la paroisse et des fiefs d'Aubieville et Mesnilvate) l'autorisation de créer un marché sur ses terres, près de son château et érigé loin du bourg ( qui était à l'époque le coeur de l'actuel Hameau de l'Ancienne Eglise.
Cela permit alors aux fermiers et marchands du littoral de s'arrêter à Gonneville-La-Mallet pour faire commerce de leurs marchandises (à l'époque la plus grande paroisse avec celle d'Ecultot entre la mer et la paroisse de Criquetot.

Mais cela ne devait pas se faire sans mal puisque Nicolas Lescolier mit plus de douze années à pouvoir exercer ce droit octroyé par un édit royal.
En effet, Nicolas Lescolier (que l'on disait de religion réformée) aurait ainsi créé, un nouveau lieu de rendez-vous des Huguenots!
Les Criquetotais demandèrent d'ailleurs au Ministre de l'intérieur la suppression du marché de Gonneville qui venait directement concurrencer le marché de Criquetot ( car situé sur le passage des clients ).
Cependant, les maires des cantons consultés se prononcèrent contre cette mesure. Ce dernier fut néanmoins vite surpassé par le succès du marché Gonnevillais.

En 1793, le marché était en pleine prospérité quand vint la Révolution. Bouleversé dans sa forme et son organisation au fil des évènements, il retrouva son mercredi traditionnel en 1806 et se développa à nouveau.

Après une nouvelle querelle au sujet de Criquetot, la Commune décida en 1807 de racheter la place du marché avec les Halles, hangars et étaux. Cet acte fut le point de départ d'une nouvelle ère dans l'histoire de Gonneville-La-Mallet.
En 1808, Gonneville obtint l'autorisation de créer deux nouvelles foires. Puis, plus tard, en accédant à la mairie en 1836, Pierre-Isaac Gosselin en fit le point stratégique du village. Il incita au développement de l'activité de la commune autour du marché en en faisant le centre du village. Des maisons et des boutiques voyaient le jour autour du marché. Enfin en 1865, le marché fut agrandi par l'acquisition d'un verger de 28 ares.

Ainsi se confirme ce lien indissociable entre son marché et le village. C'est cet héritage commercial et historique irremplaçable qui fait encore aujourd'hui la renommée de Gonneville tout comme sa foire primée qui perdure dans le temps, chaque année avec le succès régional qu'on lui connaît...
Le marché traditionnel se tient tous les mercredis matins sur la place de Gonneville- La-Mallet.

 

Haut de page